Tableaux contre CSS : un combat truqué

Dans un billet très agréable à lire, Sergio Villarreal s’est amusé à comparer la création d’une maquette à l’aide de tableaux avec celle d’une maquette basée sur des CSS. Le suspens et l’humour viennent agrémenter la remise en question courageuse de ce vieux routier du Web qui - au risque de se voir pourfendre par les soldats de la pensée unique - se lance dans une interrogation iconoclaste : « avons-nous finalement choisi la meilleure voie en utilisant les CSS ? ».
Accueil > tableaux-contre-css
Qui sont les bons, qui sont les méchants ?

L’issue du match est sans surprise : c’est évidemment la mise en page par CSS qui remporte la préférence de notre aventurier. Cela dit, et même si sa conviction initiale a forcément influencé la conclusion de cette expérience, l’effort d’objectivité qui domine cet article apporte un éclairage intéressant sur les avantages et inconvénients respectifs des deux méthodes.

Là où le match est truqué, c’est que l’on met face à face une mise en page sans aucune utilisation de CSS avec une mise en page entièrement en CSS.

Aussi intéressant que soit ce scénario d’un point de vue théorique, il ne correspond pas au type de choix que doit faire un concepteur de site de nos jours : à moins d’être un ayatollah de l’anti-CSS, vous ferez sans doute le choix d’utiliser chacune de ces techniques pour ce qu’elle peut offrir de meilleur.

Deux scénarii bien différents sortiraient de cette approche pratique :

à base de tableaux construire sa page à l’aide de tableaux et utiliser les marges et les paddings CSS pour minimiser les tableaux imbriqués et pour pouvoir se passer des Gifs transparents.
à base de CSS Construire sa page à l’aide de CSS et faire appel aux tableaux quand se pose un problème de compatibilité trop sévère entre plusieurs navigateurs ou quand on rencontre un cas particulier de mise en page qui n’est pas communs à plusieurs pages du site.

Nous n’avons pas pris le temps de refaire le match de Sergio Villarreal sur la base de ces nouveaux scénarii, mais sans aucun doute possible, c’est la deuxième approche que nous ferions gagner.

Si l’intérêt d’une mise en page à base de CSS est sans doute incontestable pour une maquette globale, utilisable sur l’ensemble des pages d’un site, elle nous semble discutable lorsque telle ou telle page pose un problème de mise en page particulier. L’utilisation de tableaux pour régler ces problèmes ponctuels est souvent bien plus rapide et bien plus efficace que la création d’un style qui ne resservira plus.

Un débat théorique qui masque le vrai problème

Le vrai problème de la mise en page par CSS vient d'abord du manque d'outils consacrés à cette tâche. Les geeks qui mangent du code HTML au petit-déjeuner et qui font des rêves entièrement en CSS devraient prendre conscience du fait que, pour un débutant, le débat se résume souvent à :

La mise en page par tableau est sans aucun doute la partie du code HTML qui a suscité le plus d'effort de la part des développeurs de logiciels graphiques. Ces efforts ont abouti à des outils efficaces ayant une prise en main rapide.

Depuis 10 ans que les CSS s'imposent peu à peu comme une norme, ces mêmes éditeurs ce sont curieusement bien peu intéressé à ce système. Bien qu'Amaya, Tidy, WYM et Nvu semblent aller dans la bonne direction, leur utilisation n'est pas encore aussi simple qu'on pourrait le souhaiter.

Nul doute, pourtant, que le jour où des outils performant seront sur le marché, le combat "tableaux contre CSS" cessera de lui-même !

En attendant, et quitte à craquer aussi souvent que nécessaire pour une mise en page par tableaux, rien n'interdit de réfléchir aux problèmes d'accessibilité qu'ils peuvent poser. Lire à ce sujet l'article de Roger Johansson proposé sur "Pompage".

A lire en complément :
Un test comparatif très partial de AlsaCréations
Un mariage harmonieux entre tableau et CSS sur le blog la-grange
Le jour où Marie Alhomme a craqué
CSS ou tableaux, la vérité enfin dévoilée, par Presse-Citron

Demandez un devis à l’agence SEO (15 ans d’expérience)